Le bruit de la pluie

X-Files No Comments »

Titre : Le bruit de la pluie
Auteur :
Lilou
Type :
Fanfic
Genre :
Général, romance, hurt/comfort
Fandom :
X Files
Personnages :
Mulder, Scully
Rating :
G
Disclaimer :
Les personnages et l’univers de « X Files » appartiennent à Chris Carter

Résumé : Après le film « I want to believe » (2008)

Fic écrite pour le défi «réouverture des anciens défis :  mix pluie/réflexion» de Meli-Melo

Le bruit de la pluie

Le bruit hypnotique de la pluie tambourinant sur le toit et contre les volets berçait agréablement la torpeur ouatée dans laquelle elle flottait.

Entre sommeil et éveil, entre rêve et réalité.

Elle pouvait sentir le souffle chaud et régulier de son compagnon contre son cou. La main posée sur sa taille, il dormait paisiblement. Elle n’osait faire un mouvement de peur de briser cet instant si fragile.

Un peu plus tôt, ils avaient fait l’amour avec une tendresse apaisée qu’ils n’avaient pas connue depuis des années, son regard lumineux plongé dans le sien, comme la promesse d’un nouveau départ, après toutes ces épreuves, après tous ces déchirements, après tous ces renoncements.

Ce regard, qui ne l’avait jamais quittée, même dans les pires moments, même au plus profond du désespoir, même lorsqu’elle l’avait cru éteint à jamais.
Ce regard d’enfant, pourtant empreint d’une profondeur insondable et d’une sagesse immémoriale, ce regard qui savait se faire si tendre lorsqu’il se posait sur elle.  Ce regard toujours si vrai, tellement sincère, qu’elle avait vu pétillant de malice, torturé,  voilé de larmes, mais jamais vraiment pleinement heureux.
Il était trop honnête, trop pur pour ce métier, le prix à payer avait été bien trop lourd.

La pluie était liée à ses plus anciens souvenirs avec lui.

C’était sous une pluie battante, lors de leur première enquête, qu’elle s’était interrogée sur sa santé mentale lorsqu’il lui avait annoncé triomphalement qu’ils avaient perdu 9 minutes, en descendant de voiture pour lui montrer le grand X qu’il avait tracé par terre à la peinture orange un peu plus tôt, sur une route de campagne. C’était un soir d’orage qu’il lui avait ouvert son âme en lui racontant son histoire et celle de sa sœur, et qu’elle avait commencé à entrevoir la blessure profonde qu’il savait si bien dissimuler. Il s’était entièrement remis entre ses mains ce soir-là, elle aurait pu briser sa vie et sa carrière, mais elle avait décidé, sans trop comprendre elle-même pourquoi, d’accorder le bénéfice du doute à ce « martien » étrange et surdoué, raillé et rejeté par ses pairs. Le sursis s’était peu à peu transformé en une confiance aveugle et réciproque  entre ces deux êtres que tout aurait dû éloigner. A quel moment l’amitié s’était-elle transformée en tendresse, puis en un sentiment plus profond ?

Elle prit soudain conscience du silence. La pluie s’était arrêtée.

Il bougea un peu dans son sommeil et murmura son nom en resserrant son étreinte.
Une boule prit forme au creux de son estomac et commença à remonter le long de son œsophage. Une fois de plus, elle avait failli le perdre, une fois de plus, ils s’étaient retrouvés, et elle prenait soudain conscience de la chose la plus importante de sa vie : elle ne voulait pas le perdre. Son ami, son amant, son homme-enfant si fort et si fragile à la fois. Elle n’était pas la seule à souffrir de la perte de leur fils, il portait en lui la même fêlure.
Le sanglot qu’elle tentait en vain de retenir lui déchira la poitrine.

–        Dana ?

–        Tout va bien.

–        Tout va bien… ?

Il se redressa sur un coude et la fit doucement basculer sur le dos. Ses yeux plongeaient  de nouveau dans les siens. Ses yeux qui pouvaient lire dans son âme comme dans un livre ouvert.

–        Mulder…

–        Oui ?

–        Ne me laisse jamais plus te quitter !

Un sourire vint naître au fond de ses yeux, et il se pencha pour l’embrasser.

–        Tu ne m’as jamais quitté.

Dehors, la pluie s’était remise à tomber.

FIN

Print This Post

Mots-clefs :
Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.