Le jour où tout à basculé

House md Add comments

Titre : « Le jour où tout a basculé »
Auteur : Lilou

Bêta : Bah, moi toute seule, comme une grande
Disclaimers : Fiction inspirée par les personnages de la série télévisée « House md »
Genre : Drama
Classification : PG
Avertissement : Scène de violence
Item : 20-Situations
# 81 : Quelqu’un a un pressentiment/rêve prémonitoire
Résumé :
« House se réveilla en sursaut, un gout amer dans la bouche et les tempes battantes »

N/A : Fic écrite pour le 1er challenge de hmd_frenchfics

Publiée le 05-12-08 

***


Le bruit sec du coup de feu déchira le silence. Comment l’homme était-il entré? Pourquoi Stacy n’était-elle pas là? Et pourquoi faisait-il si sombre? Une sensation de brulure envahissait sa cuisse droite, vite remplacée par une douleur intense, lancinante.

Ca y est il se souvenait… Oui, c’était ça. Il avait dû s’endormir devant la télévision, qui n’émettait plus que de la neige, seule faible source d’éclairage de la pièce. Stacy était allée au cinéma avec une amie. Qui déjà? Ah oui! La nouvelle doyenne de l’hôpital universitaire. Soirée guimauve entre filles.

La douleur devenait rapidement insupportable. L’homme, un cambrioleur sans doute, qui avait cru la maison vide, allait-il l’achever? Mais pourquoi restait-il là, immobile à le regarder se tordre sur le plancher, au lieu de s’enfuir? Il avait l’impression d’avoir un buvard dans la bouche, son coeur s’affolait, son regard se voilait. Lorsque le brouillard finit par se dissiper lentement, l’homme était toujours là. Maintenant, il le reconnaissait avec stupéfaction : le plombier qui était venu déboucher une canalisation la semaine dernière! Mais quelle raison pouvait-il avoir de l’agresser? Il l’avait juste croisé, ce matin-là, en revenant de faire son jogging.

L’homme, un morceau de tuyau métallique à la main, s’approchait de lui d’un air menaçant. Il le frappa à l’endroit où la balle l’avait déjà atteint. Il se sentit tomber dans un trou sans fond, et s’évanouit sous la douleur. Lorsqu’il revint à lui, l’homme le regardait fixement en faisant sauter le tuyau dans son autre main.

Il s’apprêtait à frapper une nouvelle fois, lorsque House se réveilla en sursaut, un gout amer dans la bouche et les tempes battantes. Le rêve avait semblé tellement réel qu’il pouvait encore sentir la douleur dans sa cuisse. Il pensa qu’une crampe avait du provoquer le cauchemar. Il se leva et se dirigea d’une démarche incertaine vers la salle de bains, pour avaler deux comprimés de paracétamol afin d’atténuer son mal de tête.

Alors qu’il revenait au salon, il entendit la porte d’entrée s’ouvrir et… le cauchemar recommença! Le bruit sec de la porte qui se refermait déchira le silence.

- « Greg, mon chéri, je voudrais te présent… »

Il n’entendit pas la fin de la phrase, une douleur atroce venait de traverser sa cuisse, c’était encore pire que dans son rêve. Il s’écroula avec un gémissement, au moment ou Stacy entrait dans la pièce, suivie d’une jeune femme brune.

- « Greg, tu es l… Oh mon Dieu, qu’est ce qu’il se passe? »

Il ne pouvait plus parler, paralysé par la douleur, son souffle était haletant et son regard vitreux. La femme brune avait réagi instantanément. Après avoir rapidement vérifié que ses fonctions vitales n’étaient pas immédiatement menacées elle avait glissé un coussin sous sa tête, et le laissant avec Stacy, s’était précipitée sur le téléphone.

- « Ici le Dr Cuddy, j’ai besoin d’urgence d’une ambulance au… »

Une nouvelle vague de souffrance l’envahissait, recroquevillant son corps sur le sol. Un gout de bile envahit sa bouche et il vomit sur le plancher, avant de sombrer dans une demi-inconscience. Les visages des deux femmes penchées sur lui apparaissaient et disparaissaient au rythme des ondes de la douleur qui le vrillait, qui irradiait maintenant de sa cuisse droite dans tout son corps.

Il ne sentit pas qu’on le soulevait et qu’on l’allongeait sur une civière. Par la suite, il ne se souviendrait pas plus de l’ambulance, ni de son arrivée à l’hôpital. La seule chose qui surnageait vaguement dans son esprit, était la vision vacillante et incongrue d’un morceau de tuyau qu’un homme faisait sauter dans sa main.

Il se reveilla péniblement dans une chambre aux murs blancs. Stacy était assise dans un fauteuil à côté de son lit.

- « Je suis ici depuis combien de temps? »

- « Oh, Greg… Enfin, j’ai eu si peur! »

- « Ils ont trouvé ce que j’ai? »

- « C’est à dire… »

- « Ca va, j’ai compris! Combien de temps? »

- « Trois jours. En fait, ils ne savent pas ce que tu as. Tu es sous morphine. Dès que tu reprenais conscience, tu hurlais de douleur, mais ta jambe n’a rien, ils ne comprennent pas. »

- « Qui s’occupe de moi? »

- « Le Dr Cuddy. Elle était avec moi lorsqu’on t’a trouvé. »

- « Oui, je me souviens vaguement… S’il te plait, demande lui de m’apporter mon dossier! »

- « Mais Greg, tu ne peux pas… »

- « Je ne peux pas quoi? Chercher à savoir ce que j’ai? J’ai le droit d’avoir accès aux informations qui me concernent, non? »

- « Oui, oui bien sûr, mais… »

- « S’il te plait, Stacy! »

Il ne pouvait plus dormir. Même la morphine ne parvenait plus à le calmer. Et ce souvenir obsédant… Un morceau de… Tuyau… Tuyauterie bouchée!!! Son inconscient lui soufflait la solution depuis le début! Tuyau… Veine… Artère… Balle… Caillot… Anévrisme thrombosé… Infarctus! …Depuis combien de temps le muscle n’était-il plus irrigué?

FIN

Print This Post

Mots-clefs :


Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.