Tempus fugit -1- Insomnies

Moonlight Add comments

Titre : «Tempus fugit » -1- Prologue
Disclaimers : l’univers de « moonlight, Josef et Mick  appartiennent à Ron Koslow etTrevor Munson.
L’histoire de Josef étant entièrement de mon cru, les personnages de la partie concernée sont à moi.
Genre : Drama– Friendship Mick-Josef
Classification : R (violence)

Insomnies

Le cauchemar recommençait. Cela ne s’arrêterait donc jamais ? Depuis l’attentat qui avait failli lui coûter la vie et l’horrible spectacle de l’exécution des Monaghan, le feu était revenu le hanter. Il lui suffisait de fermer les yeux pour entendre de nouveau les hurlements déchainés de la foule et les cris des suppliciés, pour sentir l’odeur âcre des chairs brûlées, montant des bûchers construits à la hâte et celle, acide, de la peur de ceux qui étaient encore emprisonnés, attendant leur tour un pieu planté dans le cœur. Sa respiration s’accéléra et son pouls se mit à battre plus vite, un gémissement lui échappa.

–Hey ! Réveille-toi, c’est un cauchemar ! Quelqu’un le secouait par les épaules. Il se réveilla en sursaut, un goût amer dans la bouche.

» Depuis quand est ce que tu n’as pas dormi ? Le temps que j’aille chercher deux verres à la cuisine et tu t’étais effondré dans les bras de Morphée, sur le canapé. Même nous, nous avons besoin d’un peu de repos, de temps en temps, tu sais, notre résistance a aussi ses limites.

– Sais pas, cinq, six jours, pas eu le temps! Il prit le verre à orangeade que lui tendait Mick et avala une gorgée du liquide rouge sombre, avant de descendre le verre d’un trait, contrairement à ses habitudes. Sans un mot, Mick le resservit.

–Tu n’as pas dormi depuis ton départ pour New York, après… L’affaire Monaghan?

Il avait hésité à prononcer le mot exécution, Josef avait plutôt mal réagi ce soir-là.

» … Et tu ne t’es pas beaucoup nourri non plus apparemment. Qu’est ce qui se passe, Josef?

– J’étais inquiet pour Sarah, j’ai beaucoup réfléchi, après l’attentat, et maintenant les menaces d’Emma, s’il venait à m’arriver quelque chose… Bien sûr, il y a longtemps que j’ai pris des dispositions légales, mais…
J’ai fait renforcer la sécurité de la maison, j’ai pris toutes les précautions possibles, j’ai été vacciné avec la trahison du chef de la sécurité de mes bureaux. Les ouvriers ont travaillé vingt quatre heures sur vingt quatre, et j’ai tout supervisé moi-même, de jour comme de nuit, ça a pris plus de temps que prévu, mais elle ne risque plus rien maintenant.

- Et?

- Et puis comme tu as pu le remarquer, le sommeil n’est pas trop mon ami en ce moment…

Il avait accompagné ses derniers mots d’un geste fataliste.

» Je peux avoir un autre verre… d’un truc plus fort ?

Mick attrapa, sur une étagère, la bouteille de whisky que Beth lui avait offerte naguère.

- Pourquoi est-ce que tu ne m’as rien dit? J’aurais pu te donner un coup de main, ou tu n’as pas non plus confiance en moi?

- Mick! Tu sais bien que ce n’est pas une question de confiance, toi et Beth êtes les seuls à connaitre l’existence de Sarah. Mais je… C’est trop personnel.

- Et Josef Kostan n’a pas pour habitude de demander l’aide de quiconque, hein?
Tu devrais vraiment aller te reposer un peu, tu as une mine affreuse. Tu peux prendre mon congélateur, si tu veux, je dois sortir, je suis sur une enquête, je serai de retour dans deux ou trois heures.
… Et puis avaler quelque chose, tu sais où sont les provisions. L’alcool n’est pas ce qu’il y a de plus nourrissant pour un vampire. A propos… Simone se demande où tu es passé, elle est très inquiète, tu sais.

– Qu’est ce que tu lui as dit ?

– Que tu avais des affaires urgentes à régler à New York, il vaut mieux mentir le moins possible. Tu comptes lui dire… Pour Sarah ?

– Je… Je pensais attendre encore un peu, mais maintenant… Je n’en sais rien, tu as raison, je dois me reposer un peu, je n’arrive plus à réfléchir rationnellement.

– Je passerai voir Guillermo en rentrant, et je te prendrai quelques poches de AB négatif, je préfère que tu évites de faire venir tes freshies ici, d’autant plus que Beth doit passer dans la soirée.

– Mick…

– Oui ?

– Merci. Je n’avais pas envie de me retrouver seul chez moi, aujourd’hui !

– Tu veux que je reste ?

– Pas la peine, je vais aller dormir un peu, et puis ici, c’est pas pareil.

Il passa une main lasse sur sa nuque. La tension nerveuse de ces derniers jours avait occulté toute sensation, mais maintenant, il sentait la fatigue s’abattre sur lui comme une chape de plomb. Mick avait raison, malgré la résistance exceptionnelle dont ils pouvaient faire preuve, ils avaient tout de même besoin d’un minimum de repos. Il se servit encore deux verres de sang, et commença à gravir l’escalier tout en dénouant sa cravate. Oui, quelques petites heures d’hypothermie, en espérant ne pas trop rêver, et il serait comme neuf.
Parfois, il se demandait comment il faisait pour supporter encore tout ça, vivre, jour après jour, encore et encore, s’étourdir de travail pour ne pas penser qu’il y aurait toujours un lendemain. « L’éternité, c’est long », avait-il coutume de dire en riant, mais qui pouvait se douter qu’il lui arrivait parfois de presque souhaiter que tout s’arrête, d’envier Sarah… La bouffée d’air froid qui le frappa lorsqu’il ouvrit le couvercle du congélateur lui arracha un soupir de bien-être, il y avait plusieurs jours qu’il n’avait pas pu vraiment se relaxer dans un environnement favorable à une bonne régénération, quelques heures de vrai sommeil ne seraient vraiment pas du luxe.

–Bonsoir, Beth !

Elle se retourna d’un bond, renversant à moitié le verre d’eau qu’elle était en train de se servir.

–Josef ! Tu m’as fait peur, je ne savais pas que tu étais ici.
Je n’arrive pas à m’habituer à vous voir surgir brusquement comme ça, sans aucun bruit!

–Tu n’es pas au bout de tes surprises en ce qui concerne nos capacités.
Mick m’a prêté son congélateur pour une petite sieste. Tu vas bien ?

– Bien, merci, il y a longtemps que tu es rentré?

– Quelques heures, je suis venu directement ici.
Un… Palier de décompression avant de retrouver mon doux foyer, en quelque sorte. Pauvre petit vampire riche et solitaire!

Son sourire ironique ne trompa pas la jeune femme. Elle avait « fait la connaissance » de Sarah quelques semaines plus tôt, et son regard sur Josef avait considérablement changé depuis cette révélation. Une sorte de lien s’était tissé entre eux lorsqu’elle lui avait glissé le journal de la jeune femme entre les mains, il n’était plus seulement le meilleur ami de Mick, l’homme d’affaires impitoyable, le séducteur multimillionnaire et sûr de lui, il était aussi un homme blessé et solitaire, qui se réfugiait dans son cynisme comme un loup dans sa tanière afin de ne montrer qu’une surface lisse et froide, sur laquelle ses adversaires ne pouvaient trouver aucune prise.

Mais son dernier adversaire connaissait toutes ses faiblesses, son dernier adversaire, c’était lui-même. Concernant sa vie privée, le crédo de Josef était simple : jamais de sentiments, et encore moins avec une humaine. Et de fait, il semblait fort bien s’accommoder de sa solitude affective, il était en permanence entouré d’un essaim de ravissantes créatures qui le pourvoyaient en hémoglobine et plus si affinités, et les affinités avec les femmes, autant humaines que vampires, ne faisaient jamais défaut à Josef Kostan, mais depuis quelques temps, ses charmantes freshies n’apaisaient plus que ses désirs alimentaires. Il reconnaissait lui-même enfreindre plusieurs des règles qu’il s’était imposées depuis plus de cinquante ans.
Son dilemme s’appelait Simone, et elle était humaine.

– Ceci dit, j’allais partir, je dois passer au bureau, il y a trop longtemps que je néglige mes affaires. Je suis content de t’avoir vue, remercie encore Mick pour moi. A bientôt!

TBC

Print This Post

Mots-clefs :


Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.