La lumière au bout du tunnel -6- Who are you?

Sherlock Holmes Add comments

Titre : La lumière au bout du tunnel -6- Who are you?
Auteur : Lilou0803
Type :
fanfic
Genre :
Friendship
Fandom :
Sherlock (BBC-2011)
Personnages :
John, Mary, Mrs Hudson, Lestrade
Rating : G
Disclaimer :
L’univers et les personnages de Sherlock Holmes appartiennent à Sir Arthur Conan Doyle, la série « Sherlock » à la BBC

Who are you?

Mary s’était levée d’un bond, attrapant au passage la sacoche qui trainait toujours à côté de son ordinateur, elle se précipita sur la porte. Au pied de l’escalier, elle marqua un temps d’arrêt, une main dans la sacoche.

—Mrs Hudson, Tout va bien ?

Pas de réponse. Sous les yeux stupéfaits de John, elle sortit un pistolet de la sacoche, l’arma calmement et se mit à gravir silencieusement les marches, manifestement, elle savait se servir de l’arme et en la voyant se déplacer, on ne pouvait douter que les techniques d’intervention lui aient été sans aucun doute familières. Complètement éberlué, il la suivit, appliquant sans même en avoir conscience le même comportement. Son subconscient se souvenait que le capitaine John Watson avait été, il n’y avait pas si longtemps, en poste sur le terrain, en Afghanistan.

La porte du 221B n’était pas fermée et un gémissement étouffé leur parvenait de l’intérieur de l’appartement. Mary entra la première, en prenant soin d’éviter de s’exposer face aux fenêtres, dont un des carreaux était cassé. Tout laissait à penser que quelqu’un avait tiré sur Mrs Hudson depuis la maison d’en face, et il y avait une mince possibilité pour que ce quelqu’un soit encore là. La jeune femme, après s’être assuré que l’appartement était vide, revint tirer les doubles rideaux. John, au mépris de tout danger éventuel, s’était immédiatement précipité vers la forme menue,  recroquevillée sur le tapis.

—Tout va bien, elle n’est pas blessée, juste choquée, je vais la porter en bas.

Mary acquiesça, tout en passant l’arme dans la ceinture de son jeans et en sortant son portable de sa poche. Un peu plus tard, bien installée dans son salon et réconfortée par un petit verre de brandy —elle avait refusé le calmant prescrit par John— Mrs Hudson racontait son histoire, devant un inspecteur Lestrade surgi comme par magie moins d’un quart d’heure après l’attentat.
Elle était en train de faire la poussière lorsqu’elle avait accidentellement fait tomber un livre par terre, au moment où elle se penchait pour le récupérer, elle avait entendu un bruit de verre brisé, et quelque chose l’avait frôlé en bourdonnant « comme une guêpe ». La fenêtre était fermée et son esprit avait immédiatement fait le rapprochement avec le bruit, elle s’était alors laissé tomber sur le sol, en partie par réflexe de survie et en partie parce que ses jambes s’étaient brusquement transformées en coton.

La laissant en compagnie de la jeune femme, les deux hommes montèrent à l’étage pour examiner la pièce. Ils trouvèrent effectivement une balle logée dans le mur qui faisait face à la fenêtre au carreau brisé, et le livre sur le tapis. Comble de l’ironie, il s’agissait d’un traité de balistique que Sherlock avait consulté au cours d’une de ses dernières enquêtes, et qu’il avait laissé traîner sur un guéridon, conformément à ses vieilles habitudes, au lieu de le ranger dans la bibliothèque. Regardant alors mieux autour de lui, John s’aperçut que Mrs Hudson avait tout laissé dans l’état. Le désordre de Sherlock était toujours là, son ordinateur était ouvert sur la table, le courrier toujours cloué à la cheminée par un poignard, et le crâne les regardait en ricanant. On aurait pu penser qu’il allait surgir de la kitchenette en tapant un texto, tout en pestant contre la manie qu’avait sa logeuse de s’attaquer à sa sacro-sainte poussière dès qu’il avait le dos tourné. Une bouffé de panique submergea alors le jeune homme qui se précipita sur le palier et s’assit sur la dernière marche de l’escalier, les épaules secouées de spasmes nerveux.
Lestrade vint s’assoir à côté de lui, et ils restèrent un long moment sans rien dire, les mots étaient inutiles. Le policier rompit le silence le premier.

—Je vais l’emmener, elle n’est plus en sécurité ici.

—Oui, vous avez raison. Soudain, John parut prendre conscience de quelque chose. Qui vous a prévenu ?

—Mycroft Holmes. Ce n’aurait pas été très discret qu’il vienne en personne, et comme je suis familier de la maison…

—My… Mycroft ? Mais enfin, comment… Il s’interrompit brusquement, il revoyait Mary sortant son téléphone pendant qu’il prenait Mrs Hudson dans ses bras, Mary, si professionnelle, Mary, sous les ordres de Mycroft… garde du corps de Mrs Hudson ? Depuis tout ce temps, elle avait joué la comédie, elle les avait tous trompés… même… et Greg était-il lui aussi au courant ? Il fallait qu’il sache.

—Qui a prévenu Mycroft ?

—Comment ça qui a… ce n’est pas vous ?

Il éluda la question.

—Ou allez-vous l’emmener ?

—Dans un premier temps, chez Mycroft, ensuite tout dépendra des circonstances.

John se leva, l’air déterminé.

—Je vous accompagne, je crois qu’il est grand temps que j’aie une conversation très sérieuse avec ce monsieur.

Il y eut un moment de flottement lorsqu’ils se retrouvèrent tous les quatre dans la même pièce, Mary le regardait d’un air suppliant, mais il détourna le regard. Il était blessé, dans son amour-propre et dans ses sentiments, il se demandait si son attachement pour lui avait aussi été une comédie bien jouée, et si ce n’était pas le cas, pourquoi ne lui avait-elle rien dit ?

Lestrade sortit le premier, et se retourna vers John.

Je ne comprends pas, la voiture est vide, le sergent Mac Adams avait pour consigne de m’attendre au volant pour parer à toute éventualité…

—Attention ! Mary s’était jetée sur Mrs Hudson, la poussant sur le côté tout en dégainant son arme, au moment où retentissait le coup de feu. Lestrade tira dans la foulée, atteignant le tireur en pleine poitrine.

—Mon Dieu, Mac Adams, ce n’est pas possible !

Un attroupement commençait à se former, il y avait beaucoup de monde à la terrasse du Speedy’s par cette belle après-midi. Un bobby arrivait au pas de course, Greg exhiba son insigne.

—Lieutenant Lestrade, prévenez le Yard, dites-leur qu’un officier est à terre, et attendez les secours, empêchez qui que ce soit d’approcher, appelez vos collègues en renfort. Il s’était déjà installé au volant, et avait mis le contact.

—Greg ! Watson soutenait Mary, elle avait les deux mains crispées sur le plexus et une large tache rouge s’agrandissait sur son chemisier blanc. Il faut l’emmener à l’hôpital, d’urgence !

Tout en conduisant, le policier expliquait la situation au service des urgences de Greycoat. John ne sut jamais comment ils avaient  pu arriver aussi vite malgré la circulation intense, peut-être l’état de la voiture de Lestrade aurait-il pu lui fournir un début d’explication s’il avait alors été en état de remarquer ces détails. On les attendait, la jeune femme fut immédiatement prise en charge. L’explication avec l’ainé des Holmes attendrait, sa main dans celle de Mary, il disparut à l’intérieur du bâtiment pendant que Lestrade faisait faire demi-tour à sa voiture.

TBC

Print This Post




Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.