Le veilleur dans l’ombre -8-

Harry Potter Add comments

Disclaimer : L’univers et les personnages d’Harry Potter ne m’appartient pas, merci à JK Rowling pour les avoir créés. Personnages : S.Snape, R.Lupin, et les autres… Résumé : Après la mort de Dumbledore… Je sais, ce n’est pas grand chose, mais ça résume assez bien la situation

La mission

1 Heart2 Hearts3 Hearts4 Hearts5 Hearts (1 votes, average: 5, 00 out of 5)
Loading ... Loading ...

—Comment ont-ils pris la chose ? —Comme tu peux très facilement l’imaginer. Mais j’espère être parvenu à calmer un peu le jeu en leur faisant valoir qu’il n’était pas dans ton intérêt, ni dans celui de Tu-sais-qui de maltraiter les élèves, s’il veut s’attirer leurs bonnes grâces et celles de leurs familles. —Croisons les doigts pour que les Carrow voient les choses de la même manière ! Je me chargerai de le leur rappeler régulièrement au besoin. Je ne peux pas les maintenir en permanence sous Confundo sans que personne ne s’en aperçoive, et le Seigneur des Ténèbres aurait tôt fait de déceler un Imperium. Au fait, j’ai parlé de toi à Albus, je ne pouvais pas le laisser plus longtemps dans l’ignorance… Finalement, il le prend mieux que J’aurais cru. Par contre Black est furieux que son portrait se retrouve coincé au fond d’un sac, entre des vêtements sales et une bibliothèque ambulante. Il n’arrête pas de râler, et de se chamailler avec Dumbledore… Lupin avait-il imaginé, l’éclair d’amusement qui était passé dans ses yeux ? « Je me demande si je ne préférais pas mes cornichons, au moins je pouvais leur enlever des points, ou leur donner des punitions. » Termina-t-il avec une grimace presque désespérée. Remus ne put s’empêcher d’émettre un petit rire. Severus les avait faits transplaner sur une plage déserte. Assis sur un amas de rochers qui avançaient dans la mer comme une péninsule miniature, ils respiraient à pleins poumons l’air iodé. Une pause, aussi courte soit-elle, qui était plus que bienvenue pour tous les deux. Le Maître des Potions avait abandonné pour un moment son air revêche. Il avait fermé les yeux et se laissait pénétrer par le rythme des vagues, Lupin ne l’avait jamais vu aussi détendu. Il découvrait un aspect inattendu du jeune homme, et pendant un court instant, il eut la vision fugitive de ce qu’il aurait pu devenir si la vie avait été plus clémente avec lui. —Tu pourrais essayer. Snape se laissa aller à afficher un de ses rares vrais sourires. —Oui, j’imagine que ça pourrait être amusant : Dumbledore, vingt points en moins pour Gryffondor, Black, la même chose pour Serpentard ! Et le double si vous continuez à vous disputer… —Fichtre ! Tu enlèverais des points à ta propre maison ? Ils sont aussi terribles que ça ? —Tu n’as pas idée ! L’espace de quelques instants, le temps s’était arrêté. Pendant quelques précieuses minutes, il n’y eut plus ni guerre, ni danger, seulement deux amis en train de plaisanter et de rire sur une plage. Mais l’auraient-ils voulu, ni l’un ni l’autre n’auraient pu oublier bien longtemps la réalité. Un silence s’étira, uniquement troublé par le rugissement des vagues qui venaient se fracasser sur les rochers dans un envol d’écume immaculée. Ce fut Lupin qui le rompit le premier. —Je sais que tu m’as demandé de ne rien te dire au sujet de l’Ordre, mais… Et puis zut ! En plus, ce n’est pas vraiment au sujet de l’Ordre. —Accouche ! —J’ai l’impression que les gamins préparent quelque chose. Le problème, c’est qu’on ne peut rien leur arracher lorsqu’il s’agit de la prétendue mission que leur a confiée Dumbledore. J’ai juste cru comprendre qu’ils cherchent un objet qui aurait un rapport avec Regulus Black. —J’ai bien peur qu’en ce qui concerne cette partie-là, nous ne puissions pas faire grand-chose, si ce n’est les surveiller de loin et être prêts à leur apporter toute l’aide dont ils pourraient avoir besoin, à n’importe quel moment. Albus lui-même reste évasif lorsque j’aborde ce sujet. Ceci dit, j’ai fait quelques petites recherches personnelles et je pense avoir une petite idée de ce dont il s’agit… Si c’est ce que je crois, je ne sais pas à quoi pensait ce vieux fou en confiant cette mission à des adolescents ! Regulus a disparu il y a dix-sept ans, après avoir renié le Seigneur des Ténèbres. Peut-être avait-il découvert… Après un instant de réflexion, il parut soudain prendre une décision.  « Sais-tu ce qu’est un Horcruxe ? » Demanda-t-il abruptement. —Un quoi ? —C’est bien ce que je pensais ! Comment peut-on prétendre lutter contre les Forces du Mal sans avoir un minimum de connaissance des armes de l’ennemi ? Tu ne me croiras sûrement pas, mais c’est parce que j’avais déjà l’ambition de me spécialiser en Défense que je m’y suis d’abord intéressé. Ce n’est que plus tard que mes… Compétences ont attiré l’attention de Qui-tu-sais et qu’il a commencé à s’intéresser à ce que je pourrais lui apporter. Mais je m’égare. Pour faire simple, un Horcruxe est un objet, ensorcelé par magie noire, qui sert de réceptacle à un fragment de l’âme d’une personne. N’importe quoi peut faire l’affaire, mais généralement ce sont petits objets, afin qu’ils puissent être cachés plus facilement. Si la personne meurt, ce fragment d’âme est libéré, et lui permet de revenir à la vie… Et ce, même si elle n’a plus de forme corporelle. —C’est comme ça que Tu-sais-qui a survécu, il y a seize ans ? —Oui. Le soir où Lily s’est interposé entre Harry et lui, le sort à rebondi et s’est retourné contre lui. La magie de l’amour dont elle avait entouré son fils était si forte qu’elle a détruit sa forme corporelle. Elle est… Ils auraient du mourir tous les deux, mais ce soir-là, un Horcruxe a été libéré, qui lui a permis de rester en vie, mais il n’existait plus que sous une forme décorporée. Je suppose que c’est Pettigrew qui lui a permis de s’enfuir en l’hébergeant en lui, mais on ne peut pas partager longtemps un organisme sans le tuer, et il avait besoin de Queudvert. Il était désormais le seul à connaitre son secret, le seul à savoir qu’il était toujours vivant. Le seul qui pouvait l’aider tant qu’il resterait aussi faible. Sa frustration a dû être terrible. Depuis, il a du prendre possession de centaines d’organismes, qu’il jetait ensuite comme de vieux vêtements. Il y a six ans, il a réussi à persuader Quirell de lui laisser partager son corps pour pouvoir s’introduire à Poudlard, et c’est lorsque cet imbécile est mort, en gaspillant un deuxième fragment d’âme, qu’il a dû commencer à chercher un moyen de se construire un corps bien à lui… Je me demande combien de fois il a essayé, avant d’y parvenir, dans le cimetière… Et combien de vies innocentes ont été sacrifiées avant qu’il ne parvienne à trouver la bonne formule. —Mais… Comment peut-on fragmenter une âme ? —Par la haine et le meurtre. De sang-froid et sans repentir. —Et tu crois que c’est ça que les gamins recherchent ? Le visage de Lupin exprimait un immense dégoût. —Je crois… Je crois que le Seigneur des Ténèbres, dans sa folle quête de pouvoir et d’éternité a créé non pas un, mais plusieurs Horcruxes. Je ne sais pas combien, mais sûrement trop pour un seul homme. Ce qui explique son instabilité mentale de plus en plus grande. Je crois que Dumbledore le savait, et qu’il avait même commencé à les identifier. Qu’il savait même peut-être combien il devait en chercher, et que la mission de Potter et de ses amis est de les retrouver et de les détruire. Je crois que la bague qui a ensorcelé sa main l’été dernier en était un, il l’a détruit avec l’épée de Gryffondor dont la lame est imprégnée du sang du basilic tué par Potter. Elle a été forgée par la magie des gobelins, elle absorbe tout ce qui peut renforcer son pouvoir. Je crois enfin que les gamins courent un énorme danger. On ne peut pas détruire un Horcruxe avec n’importe quoi, seuls quelques éléments en sont capable comme le venin de Basilic ou le Feudeymon. La seule personne qui le puisse sans ces éléments est celui qui les a créés, mais en faisant cela, il détruit aussi le fragment d’âme qui y est attaché et ne peut donc plus s’en servir pour revenir à la vie. —Combien crois-tu qu’il puisse y en avoir ? —Je ne sais pas. Mais le Seigneur des Ténèbres est obsédé par les nombres magiques. Nous savons qu’il en a déjà utilisé deux et qu’Albus en a détruit un. Je suis également certain que le journal de Jedusor que Potter n’a pu détruire qu’avec un crochet de Basilic en était aussi un. Le chiffre trois est donc, de fait, exclu. Je pense que nous pouvons logiquement tabler sur sept ou neuf… Plus me semble improbable. Plus l’âme est morcelée et plus l’esprit devient instable et neuf me semble déjà un chiffre vraiment énorme, quoi que pas impossible si l’on tient compte de la mégalomanie du personnage. Mais tout bien considéré, je pencherais plutôt pour sept… Pour le moment… —Ce qui veut dire qu’il en reste au moins trois dans la nature… Que pouvons-nous faire ? —Rien, j’en ai bien peur, sinon comme je l’ai déjà dit, se tenir prêts à les aider à tout moment… Et puis… —Et puis ? Ce n’est pas tout ? —Je… Non. C’est vrai, il y a autre chose. Mais je préfère ne pas en parler tant que je n’ai pas tous les éléments en mains. J’aurai peut-être besoin de toi à ce moment-là, besoin que tu me fasses confiance alors que  tout te criera le contraire. Réfléchis-y, vois si tu es prêt aller jusque-là. —J’avais cru comprendre que nous étions alliés. —Je ne remets rien en cause, Remus. Mais si j’arrive à… Si les choses viennent à évoluer comme je l’espère, je serai obligé de te mettre devant le choix le plus difficile que tu auras jamais à faire. Alors il te faudra décider si ta confiance en moi est assez grande pour l’affronter… Ne me réponds pas dans l’exaltation du moment et sans savoir ce que je te demanderai. Penses-y, c’est tout. Le soir commençait à tomber, et de gros nuages gris poussés par un vent froid occultaient maintenant le pâle soleil d’automne. Les deux hommes se levèrent. Avec un soupir, le Maître des Potions laissa un moment errer son regard sur l’horizon, avant de le ramener, comme à regret, sur son compagnon, pour un adieu silencieux. Après avoir séché ses vêtements d’un sort informulé sans même tirer sa baguette, il transplana sans ajouter un mot. Lupin resta un long moment immobile, abasourdi par ce qu’il venait d’entendre, puis il disparut à son tour.

TBC

Print This Post




Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.