Vulnera – 1 – Prologue

Harry Potter Add comments

Disclaimer : L’univers et les personnages d’Harry Potter ne m’appartiennent pas, merci à JK Rowling pour les avoir créés.

Personnages : S.Snape, Hermione Granger, et les autres…

La guerre a laissé, sur les corps et dans les esprits, de profondes cicatrices, souvent encore à vif, et les plus cachées ne sont pas celles qui saignent le moins. Guérir les blessures du passé pour pouvoir construire l’avenir…

Prologue

1 Heart2 Hearts3 Hearts4 Hearts5 Hearts (1 votes, average: 5, 00 out of 5)
Loading ... Loading ...

Il avait réussi…

Il avait du aller puiser au plus profond de son esprit, dans des réserves de volonté que lui-même n’avait pas soupçonné de pouvoir posséder, pour parvenir d’abord à sortir de la Cabane Hurlante, ensuite à se trainer jusqu’à la forêt interdite, mais il avait réussi !

Il s'y était enfoncé aussi profondément qu'il avait pu. Il avait avancé, pendant ce qui lui avait semblé des heures, mais qui peut-être n’avait duré que quelques minutes. Il avait perdu toute notion du temps. Il avait avancé, à quatre pattes puis en rampant lorsque cela était devenu trop difficile de tenir debout, aussi longtemps que ses forces défaillantes avaient pu le soutenir. Lorsque son corps avait fini par le lâcher, refusant de lui obéir plus longtemps, il avait utilisé ses ultimes ressources pour se traîner jusque sous un buisson, et s’y terrer, tel un animal blessé à mort. Il n'avait pas remarqué à quel moment les bruits de la bataille avaient fini par s'estomper… ou peut-être ne parvenaient-ils tout simplement pas jusqu'à lui. Il n'avait aucune idée de la distance qu'il avait parcourue, il était perdu. A bout de résistance, il ferma les yeux et se laissa aller à la torpeur qui l'envahissait. Et l’attente commença.

Il attendait.

Il attendait la mort.

Qu'aurait-il pu attendre d’autre ?

Il y avait déjà longtemps, depuis cette nuit horrible, où Dumbledore lui avait enfin révélé toute l’étendue de son plan, qu’il n’avait plus aucun espoir. Il avait alors haï le vieil homme à un point qu’il n’aurait plus cru possible depuis la disparition de Potter et de Black… toutes ces années à protéger l’Enfant, pour finalement le conduire à une mort soigneusement programmée, c’était pire que s’il lui avait demandé de le tuer de ses propres mains. En prononçant le maléfice, en haut de la tour d’astronomie, ce n’était pas seulement Albus qu’il avait tué, c’était aussi la dernière étincelle de vie dans son âme dévastée. Depuis, ses yeux éteints ne reflétaient plus que le néant qui allait bientôt l’engloutir.

Mais il n’avait pas voulu mourir là-bas, dans cette cabane sinistre. Lorsqu’il avait repris conscience, après le départ de Harry et de ses amis, il avait focalisé toute sa volonté et utilisé ses dernières forces pour s’en éloigner le plus possible. Maintenant que l’adrénaline engendrée par sa fuite était retombée, immobile sous son buisson, une angoisse sourde affolait les derniers battements de son cœur, même en s’y étant préparé, même en l’ayant accepté, et souvent désiré, mourir n’était pas si facile ! Il allait mourir seul, c’était son lot… avait-t-il jamais connu autre-chose que la solitude ? Mais pas dans cet endroit immonde qui avait vu sa plus grande terreur et ses dernières douleurs !

L’anti-venin avait fait son effet. Piètre satisfaction. Il avait perdu beaucoup de sang, trop de sang, avant de parvenir, par une espèce de miracle, à juguler l’hémorragie (contre toute attente, un ‘Vulnera Sanentur’ informulé, tenté en désespoir de cause, alors que la gorge déchirée et la bouche remplie de sang, il ne pouvait plus articuler, s’était finalement révélé efficace). Et il était tellement fatigué ! Depuis longtemps déjà il traînait son corps émacié, à bout d’épuisement, comme une coquille vide, il accueillait finalement sa destinée avec soulagement.

Soudain, tout près, un bruit ténu vint troubler le silence pesant qui s'était abattu sur la forêt depuis que la bataille avait commencé, comme si elle retenait son souffle, réduisant toute forme de vie à un mutisme absolu. Ce n’était rien de plus qu’un froissement de feuilles, un crissement de brindilles écrasées, qui aurait pu être causé par n’importe quel animal, mais il se recroquevilla encore plus sous son abri précaire, tentant de respirer le moins fort possible. Il ne voulait pas être retrouvé. Il voulait que ses derniers instants, au moins, lui appartiennent… Il avait assez vécu pour les autres, il avait assez souffert pour les autres !

Une lueur argentée transperça soudain son refuge, il avait été découvert, ce n'était plus qu’une question de temps avant que les autres n’arrivent. Les autres… mais quels autres ? Qui avait gagné ? Qui avait perdu ? La bataille était-elle même terminée ? Potter avait-il compris ce qu’il avait voulu lui transmettre ? Mais à vrai dire, au point où il en était, c'était le moindre de ses soucis. Il avait fait tout ce qu’il avait pu, sa tâche était terminée. De toute façon, lui, avait perdu, et quel que soit le vainqueur, il savait qu’il était condamné.

Les branches épineuses qui le dissimulaient s’écartèrent, et deux yeux sombres plongèrent dans les siens. Deux yeux d’une indicible douceur. La souffrance et la faiblesse brouillaient ses sens, mais il parvint à discerner la corne sur le front immaculé. Il la regarda à son tour, il pouvait sentir les derniers lambeaux de sa vie s’effilocher rapidement. Son corps pesait sur le sol, mais dans le même temps, une aura de bien-être l’enveloppa soudain, l’isolant du monde dans une bulle rassurante. Il avait l’impression de flotter, comme en apesanteur. Au fond de ce regard, il était à l’abri, plus rien ne pouvait l’atteindre.

L’animal pencha sa belle tête vers lui, une lueur de compassion luisait dans ses pupilles d’encre. Mais que pouvait faire une licorne ? Et soudain, elle se détourna et s’enfuit au galop. Il en aurait presque pleuré.

Presque… ?                                                                            

Quelque chose de chaud glissa sur la joue, et atteignit sa bouche. C’était humide, il passa une langue avide sur ses lèvres craquelées par la fièvre et la soif, et le goût du sel emplit son palais. Les yeux de l’animal avaient déversé sur son âme une onde de chaleur, lui apportant une paix et une consolation qu’il n’avait plus ressenties depuis vingt-trois ans, depuis que Lily s’était détournée de lui à jamais. Il essaya de se soulever sur ses paumes déchiquetées, mais il était trop affaibli, il retomba lourdement sur le sol. Il commença à trembler, à claquer des dents, sans pouvoir s’arrêter, il avait froid, tellement froid… Le départ de la licorne avait creusé un gouffre de glace dans sa poitrine. Son souffle se fit laborieux. C'était bientôt terminé. Il sentait venir la fin. Il allait enfin pouvoir se reposer…

Progressivement, tout s’obscurcit, et il se laissa sombrer dans les ténèbres.

Il avait perdu conscience, il ne vit pas la licorne revenir, ni la haute silhouette qui se penchait sur lui, il ne sentit pas les bras puissants le soulever, et l’emporter…

La femme marchait fébrilement le long de la rive du lac, sa nervosité augmentait à chaque fois qu’un de ses émissaires revenait, bredouille. Soudain une haute silhouette se matérialisa devant elle, et s’inclina, mettant un genou à terre.

—Nous l’avons retrouvé, ma Dame, votre sœur m’envoie vous quérir !

TBC

Print This Post




Comments are closed.

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.