Dans l’Ombre du Temps -9- Une opportunité à saisir?

Harry Potter Add comments

Disclaimer : Comme tout le monde le sait, « Harry Potter » et ses personnages appartiennent à JK Rowling (merci à elle de nous les prêter). Cette histoire, par contre, est à moi.

Une opportunité à saisir ?

***

Le « pop » caractéristique du Transplanage tira Hermione de ses réflexions. Elle posa sa plume sur le rebord de son encrier en fronçant les sourcils, et se tourna vers l’Elfe qui venait de se matérialiser au milieu de la pièce. Compte tenu des conditions de son ‘séjour’, elle n’avait pas la possibilité d’être informée à l’avance des visites, et cela l’agaçait un peu. Mais d’un autre côté, Missy savait être discrète et ne se montrait habituellement qu’aux heures des repas, qu’elle passait à bavarder avec Hermione, en attendant de débarrasser la table … ou plutôt à babiller de tout et de rien en s’agitant dans la pièce pendant qu’elle mangeait, et à rapporter les potins du château, glanés dans les cuisines, que la jeune fille n’écoutait que d’une oreille distraite. Et elle avait convenu avec les fantômes qu’ils se manifesteraient uniquement lorsqu’elle les ferait appeler, sauf évidemment en cas d’urgence. Quant à Severus, il la faisait toujours prévenir de ses visites par la petite créature.

—Missy ? L’Elfe de Maison lui avait apporté son dîner à peine deux heures plus tôt, et elle préparait elle-même thé ou café, si elle en désirait en dehors des repas, elle n’aurait donc pas dû la revoir avant le lendemain. « Qu’est-ce qu’il se passe ? Ajouta-t-elle en voyant l’air inhabituel affiché par l’Elfe, mélange d’excitation, de contrariété, et d’inquiétude.

—Monsieur Severus a envoyé Missy pour avertir miss Hermione qu’il ne pourra certainement pas venir demain matin, comme convenu. Ni peut-être non plus pendant quelques jours… Il doit se rendre chez lui, mais il a demandé à Missy de rester au château, auprès de miss Hermione.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’Elfe avait l’air passablement contrariée par cet état de fait.

—Je pense que je pourrai me débrouiller toute seule pendant un jour ou deux, Missy, tu peux aller avec Severus si tu veux. Mais pourquoi doit-il se rendre chez lui maintenant, à quelques semaines des examens ? Que s’est-il passé ? Il n’a pas d’ennuis, j’espère ?

—Missy est la seule Elfe au courant de la présence de miss Hermione ici, et les fantômes ne peuvent pas agir sur la matière. C’est pourquoi monsieur Severus veut qu’elle reste ici. Missy ne pense pas qu’il aura des ennuis, non, non, mais… Tobias est mort, et la police moldue veut interroger monsieur Severus.

—Oh ! Je suis… Mais pourquoi ? Enfin, si son père est mort, je comprends qu’il doive rentrer chez lui pendant quelques jours, mais pourquoi la police…

—Tobias a été poignardé, dans une bagarre.

Hermione hocha la tête d’un air entendu.

—Et bien sûr, personne là-bas n’ignore à quel point il détestait son père, je suppose… déduisit-elle aisément. « Mais il n’a rien à voir là-dedans, il était ici, n’est-ce pas ?

—Oh oui, oui, monsieur Severus était à l’école. Et le professeur Dumbledore s’occupe de tout, mais il doit y aller quand même dès demain. Il a demandé à Missy de prévenir miss Hermione. Il n’est pas sûr de pouvoir passer demain, avant de partir.

—Je comprends, et je te remercie. Je suis désolée que tu ne puisses pas aller avec lui à cause de moi.

—Miss Hermione ne doit pas s’en vouloir, non, non. De toute façon, monsieur Severus séjournera chez les parents de miss Evans, qui habitent aussi à Cokeworth, et Missy n’aurait pas été d’une grande utilité là-bas.

—Ne dis pas ça Missy, je suis sure qu’il se sentirait beaucoup mieux si tu étais près de lui. Après tout, tu es celle qui le connait le mieux, et je pense qu’il t’aime beaucoup.

Après le départ de l’Elfe, Hermione s’installa sur son fauteuil et se mit à réfléchir. Depuis qu’elle était ici, elle avait largement eu le temps de penser à la manière dont les choses pourraient se passer lorsqu’ils quitteraient Poudlard, et aussi dérangeante soit-elle, une idée commençait à faire son chemin dans sa tête. Elle commença par la chasser, mais telle la mouche du coche, elle revenait avec obstination. Peu à peu, elle finit par se convaincre que malgré les risques que cela pouvait faire courir à Severus, le meurtre de Tobias Snape pouvait leur offrir une opportunité en or dans la tâche qui les attendait.

Pour avoir une chance de pouvoir arriver à localiser les Horcruxes, il fallait que Severus reste proche des sympathisants de l’Ombre, et la mort brutale et imprévue de Tobias pouvait s’avérer d’une utilité indéniable pour leur futur immédiat, à condition de savoir l’exploiter à bon escient. Après tout, ce n’était pas comme si le jeune homme avait apprécié son Moldu de père. Elle était sûre qu’aucun état d’âme ne le tarauderait outre mesure lorsqu’elle lui aurait dévoilé son idée.

Le Serpentard s’était révélé un espion exceptionnel dès ses débuts. Peut-être pourrait-il, même sans prendre la Marque, continuer à fréquenter les cercles des adeptes de Voldemort, Lucius Malfoy en tête. S’il pouvait les convaincre, comme preuve de ses allégeances, qu’en réalité, il n’était pas si étranger que ça à la mort de son géniteur honni… et qu’il avait, de plus, réussi à berner à la fois la police moldue, les Aurors, et Dumbledore lui-même.
Il pourrait en outre laisser sous-entendre, en confidence, que le Lord Noir pourrait avoir l’utilité d’un espion insoupçonnable auprès de l’Ordre du Phénix, ce que ne serait indéniablement pas un Mangemort avéré, même supposé repenti… elle ne se souvenait que trop bien des ‘Mangemort un jour, Mangemort toujours’ de Fol-Œil et de Sirius.
Avec un peu d’habileté, et elle était persuadée que même à dix-huit ans il n’en manquait pas, il pourrait peut-être même manipuler Malfoy, afin qu’il fasse en sorte que Voldemort pense que l’idée venait de lui et non du jeune homme, ce qui éloignerait de lui tout soupçon d’éventuelle traitrise de sa part.

De son côté, elle échafaudait déjà des plans pour se rapprocher de Lily Evans, et tenter de devenir son amie, dès leur sortie de Poudlard. N’habitait-elle pas la même ville (Cokeworth, avait dit Missy… elle n’en avait jamais entendu parler, il faudrait qu’elle demande à l’Elfe où cela se situait), le même quartier peut-être, que Severus ? Et elle savait qu’elle était, ou du moins serait très prochainement, un membre important de l’Ordre.
Son idée se précisait de plus en plus. Si Severus était d’accord, ils pourraient même… Oui, pourquoi pas, se faire passer pour un couple, en public. Ce ne serait pas très difficile, surtout s’ils devaient cohabiter. En effet, elle était entièrement dépourvue de ressources, et elle devrait rester en contact fréquent avec le jeune homme pour pouvoir accomplir sa mission. Dans ces conditions, elle était certaine qu’il ne refuserait pas de l’héberger, du moins pour un temps. Si la mise en scène était assez bonne, à eux deux, ils pourraient accréditer l’idée que le jeune homme se serve d’elle et de son éventuelle amitié avec Lily, pour recueillir des informations sur les plans des partisans de Dumbledore. Oui… si l’on arrivait à jouer sur l’orgueil de Lucius et la mégalomanie de Voldemort, cela pourrait peut-être marcher. En tout cas, ça pouvait valoir le coup d’essayer.

Bien sûr, cela pouvait s’avérer très dangereux pour eux deux, mais elle était de plus en plus persuadée que c’était un risque à prendre, s’ils voulaient pouvoir glaner des informations au plus près de la source, et pouvoir accessoirement en déduire les cachettes actuelles des Horcruxes. Elle priait pour que la coupe de Poussouffle n’ait pas encore été confiée aux Lestrange… un cambriolage de Gringotts, même réussi, même moins spectaculaire que le premier, ferait prendre conscience du danger au Mage Noir, et il cèderait très certainement à la tentation de fabriquer d’autres abominations.

Elle ne pensait pas que la bague poserait beaucoup de problèmes, elle se trouvait sûrement déjà dans la cabane, et il faudrait qu’ils trouvent un moyen pour récupérer le médaillon impérativement après qu’il ait été déposé dans la caverne, lorsque le Mage Noir le penserait bien à l’abri. Hermione grimaça. Cela impliquait de laisser torturer Kreattur, et tout en elle se rebellait contre cette idée. Elle commençait à entrevoir ce que le Maître des Potions avait pu endurer au cours de ses années d’espionnage, lorsqu’il était obligé de laisser mourir, voire pire, de tuer ou de torturer de ses mains des innocents, afin de sauver le plus grand nombre. Au moins Kreattur n’était-il pas mort dans l’aventure.
Quant au journal… le carnet avait été confié à Lucius Malfoy afin qu’il le ‘transmette’ discrètement à un élève en 1992, afin que la Chambre des Secrets puisse être réouverte, mais rien ne prouvait qu’il ait été en sa possession avant. La seconde ‘chasse aux Horcruxes’ qu’elle allait bientôt entreprendre en moins d’un an ne s’annonçait pas plus facile que la première. La seule différence était que cette fois-ci, ils savaient exactement ce qu’ils devaient chercher.

Hermione se frotta les yeux en soupirant. Une migraine commençait à marteler ses tempes. Elle consulta sa montre et décida d’aller se coucher plus tôt que d’habitude.

Elle était sur le point de s’endormir, lorsqu’une lueur dissipa les ténèbres, de l’autre côté du paravent qui isolait son coin ‘chambre’ du reste de la pièce. En un instant, elle était déjà debout, bien éveillée et en alerte, baguette à la main. Ces derniers mois, elle avait été à particulièrement bonne école, et appliquait à la lettre l’adage de Fol-Œil : ‘vigilance constante’. Puis, se souvenant que seuls Missy, les fantômes et son ancien professeur pouvaient pénétrer dans son refuge, elle enfila une de ses robes sur ses vêtements de nuit, et s’avança dans la lumière. Severus était là, en compagnie du Baron Sanglant, en train de déposer un coffret de bois dans la Pensine d’obsidienne.

—Severus ? Je suis désolée, j’avais mal à la tête, et après la visite de Missy, je pensais que vous ne passeriez pas avant plusieurs jours.

—Je sais. J’allais vous laisser un mot, le Baron m’a informé que vous dormiez, et je ne voulais pas vous déranger. Lorsque je vous ai envoyé Missy, je n’ai pas pensé à… les choses se sont un peu bousculées aujourd’hui, et… bref, je voulais mettre le diadème à l’abri avant de partir. Je ne peux pas l’emporter avec moi, mais je ne veux pas non plus le laisser dans mon dortoir, à la merci d’une éventuelle indiscrétion de ceux qui le partagent avec moi.

—Vous avez déjà réussi à le récupérer ? C’est magnifique !

—Le mérite n’était pas bien grand, je savais quoi, et où chercher. Il pointa le petit coffre du doigt, une expression d’intense dégout affichée sur le visage. « Cette… chose… dégouline de… Seigneur ! Je n’avais encore jamais été en contact avec un truc aussi… malsain. Surtout, n’essayez pas de le sortir du coffret, laissez celui-ci dans la Pensine, et si possible, ne vous en approchez pas trop. Le coffre est en cyprès et j’y ai ajouté quelques protections supplémentaires, quant à l’obsidienne, elle repousse la Magie Noire, c’est sûrement pour cela que… je l’ai choisie. Je ne peux pas m’attarder, Slughorn et moi partons demain matin de bonne heure. Je viendrai vous rendre visite à mon retour.

—Oh oui! Pour votre père, je suis…

—Ne le soyez pas ! La coupa-t-il. « Croyez-moi, si vous l’aviez connu, le seul sentiment que vous éprouveriez en ce moment serait du soulagement. Retournez vous coucher, Hermione, je tâcherai de passer dès que je serai revenu.

—Missy m’a dit, pour la police… j’espère que tout se passera bien pour vous Severus.

—Il n’y a aucune raison pour que ça se passe mal. Il m’aurait été difficile d’être à la fois en Ecosse et dans la banlieue de Manchester. À l’heure où mon père a été tué, j’étais dans ma salle commune, en train de travailler. Et j’ai envoyé promener assez d’importuns pour que tout le monde se souvienne m’y avoir vu.

—Cela aurait été difficile pour un Moldu. Se fit-elle l’avocate du diable.

—Ceux qui m’ont convoqué sont des Moldus.

—Que se passerait-il s’ils avaient envie de vérifier ?

—Pour les rares Moldus qui en ont entendu parler, Poudlard est un collège privé sélect, destiné à une élite non définie, mais dont le maître mot est ‘discrétion’. Adage que les plus hautes autorités de l’état, tant au niveau Magique que Moldu, se chargent de faire respecter à la lettre. A supposer que quelqu’un ait pu un jour croire avoir d’assez bonnes raisons pour en demander l’accès, il a sûrement ‘oublié’ à la fois l’existence de l’école et ses intentions, aussi vite qu’il avait pu les formuler. Après ma visite, les policiers qui m’auront interrogé recevront celle d’un Auror spécialisé dans ce genre de cas, et toute velléité de vérification sera abandonnée.

—Pourquoi pas avant ?

—Parce que qu’il y a eu une enquête officielle, et une convocation en règle, avant que le Ministère ne soit averti que la femme et le fils de la victime étaient des sorciers. Dans ces cas-là, le Ministère a pour politique de respecter le plus possible le protocole des autorités moldues et tout le monde y trouve son compte. Et s’il s’avère qu’il y a vraiment eu délit commis par un Sorcier, ce sont les Aurors qui prennent alors le relai.

—Je comprends le principe : chacun chez soi et les vaches seront bien gardées.

—En l’occurrence, les Hippogriffes, dans la version sorcière du proverbe, mais c’est l’idée. Je dois y aller, Hermione, je vous verrai à mon retour. Il y a des choses dont nous devons parler.

—J’ai moi-même quelques petites idées à vous exposer. À bientôt, Severus.

—Je vous ferai prévenir par Missy.

—Pour ça aussi, je pense avoir quelque chose de plus pratique à vous soumettre.

Au moment où il franchissait le mur, Hermione avait échangé un regard entendu avec le Baron Sanglant, et quelques minutes plus tard, celui-ci réapparaissait dans la pièce.

—Pardonnez-moi de vous mettre à contribution, Baron, mais vous serait-il possible de demander à Sir Nicholas de me rendre visite demain matin ?

—Les fantômes de Poudlard sont à votre service, miss Granger. Je suis persuadé qu’il en sera très heureux. Répondit le spectre en s’inclinant légèrement. « Je vous souhaite la bonne nuit. Ajouta-t-il en s’enfonçant dans la muraille.

TBC

Pour X raisons, les commentaires sont désactivés sur ce blog, si vous voulez me laisser un petit mot, c’est ICI (Merci d’avance !)





Comments are closed.

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.