Cuddy’s serenade

House md Add comments

(Cette série de reviews en forme de  fictions, par ailleurs indépendantes les unes des autres, est supposée se dérouler après la fin des épisodes (à partir du 5X7). Le soir, après que les personnages aient quitté l’hôpital.)

Titre : Un peu plus tard -8- Cuddy’s serenade
Auteur : Lilou
Disclaimers : Fiction inspirée par les personnages de la série télévisée « House md »
Spoilers : après épisode 15 – saison 5
Genre : House/Cuddy
Classification : G
Résumé : “On ne guérit jamais du passé

Publiée le 19-02-09

***

La dernière note s’était éteinte depuis longtemps lorsque l’homme assis au piano pivota lentement sur le tabouret. Le sentiment d’oppression et de vide intérieur devenait insupportable. Il se leva en s’appuyant lourdement sur l’instrument et récupérant son verre, alla s’allonger sur le canapé, hissant sa jambe douloureuse de ses deux mains. Solitude et douleur. Elles était ses compagnes de chaque jour depuis plus de dix ans, mais ce soir, elles étaient encore plus difficile à supporter que d’habitude. Il avait cru pouvoir tromper la première, mais la garce était tenace, et elle l’avait de nouveau saisi à la gorge dès qu’il avait franchi les portes de l’hôpital.

Elle n’avait donc rien compris! Elle n’avait pas réussi à le connaitre, à le comprendre mieux, depuis le temps?… Elle l’avait écarté, rejeté… De quoi avait-elle peur? Il était peut-être un sale con, comme elle se plaisait à le lui rappeler si souvent, mais il ne lui aurait jamais fait de mal sciemment… Il ne l’avait jamais fait! Et s’il blessait parfois (souvent?) les gens dans « le feu de l’action », il le regrettait immédiatement presque aussi souvent. Elle l’avait sciemment profondément blessé. Une fois de plus il se sentait trahi par les personnes en qui il avait le plus confiance. Il y avait eu son père et ses maltraitances, sa mère qui fermait les yeux, Stacy… Et maintenant Cuddy! Quand à Wilson, depuis quelques temps, il n’arrivait pas à savoir quel jeu il jouait! Il vida le fond de la bouteille de scotch dans le verre, et en profita pour avaler deux comprimés avec un sourire ironique : « -Mazel Tov! »

… Il y avait eu… Dieu! … Il n’arrivait plus à se souvenir à quel moment il avait perdu la foi candide de son enfance. Peut-être lorsque son père s’était mis à le brutaliser et que, ne voulant pas faire de peine à sa mère il avait crié son désespoir vers un ciel qui ne lui avait jamais répondu… Cet homme, cette semaine, avait fait remonter le passé à la surface, le tirant de la vase où il l’avait cru à jamais enfoui, rouvrant de vieilles blessures qu’il croyait guéries depuis longtemps… Mais on ne guérit jamais du passé.

Depuis quelques mois, il avait espéré, cru que la vie lui offrait peut-être une nouvelle chance. Mais ce soir il réalisait que tout cela n’avait été qu’une illusion. Le rêve était fini. Oh, il ne renonçait pas à elle, non! Mais il avait compris que son destin était de rester seul. Même si leur relation se concrétisait, Lisa ne serait jamais plus qu’une jolie parenthèse dans sa vie. Elle ne lui avait pas fait confiance ce soir, elle ne lui ferait jamais vraiment confiance. Elle lui avait fait mal, oui, mais bien pire, elle l’avait déçu. Et il savait par expérience que quoi qu’il arrive entre eux, ce sentiment finirait tôt ou tard par ronger leur liaison comme un cancer.

Avant de sombrer dans la torpeur que commençaient enfin à lui apporter l’alcool et la Vicodin, il eut la vision d’une réunion chaleureuse autour d’un enfant, et d’un jeune couple souriant en s’embrassant, en croyant avoir joué un bon tour à leur patron… Mais on n’apprend pas à un vieux singe…

FIN

Print This Post

Vidéo : Cuddy’s serenade

Mots-clefs :


Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.