La dominatrice

House md Add comments

Titre : « La dominatrice »
Auteur : Lilou0803
Type : fanfic
Genre : Général
Fandom : House md
Personnage : House
Fic écrite pour le défi : « Couleur » de « Méli-Mélo »
Rating : PG
Disclaimer : L’univers et les personnages de House md appartiennent à David Shore et à la Fox
Spoiler : Aucun, l’histoire se situant avant le début de la série
N/A :
Pour info, les couleurs évoquées sont celles par lesquelles passe le métal chauffé à blanc

La dominatrice

Rouge


Ca commençait toujours de la même manière.

La flamme, d’abord timide et insidieuse qui tout à coup dardait sa pointe incandescente et le transperçait impitoyablement d’un long trait rougeoyant, coupant sa respiration, le réveillant si d’aventure il lui arrivait d’être endormi lorsqu’elle venait lui rendre visite.

Orange

La langue de feu s’emparait alors de tout son être, ondoyante, enrobante, mordante, ne lui laissant aucun répit, le faisant frémir, le faisant gémir sous ses caresses brûlantes. Soumettant son corps tout entier à sa volonté, vidant son esprit et tordant ses membres sans aucune pitié.

Lorsqu’elle atteignait cette intensité, il restait pantelant, soumis, agité de tremblements spasmodiques, incapable d’un seul mouvement qui ne soit dicté par sa volonté à elle.

Jaune

Des éclairs aveuglants traversaient alors sa tête, il ne pouvait plus ressentir rien d’autre que la brûlure, rejoignant le froid intense qui l’envahissait peu à peu. La tempête de feu se transformait en ouragan qui noyait son cerveau dans un tsunami de métal liquide, battant furieusement contre la coque fragile de ses tempes ballotée par cet océan de lave vomi de la bouche de quelque dieu vengeur.

Blanc

Alors le feu finissait par rejoindre la glace, et la lueur de cette ultime union engloutissait ses cris dans le silence immaculé du gouffre sans fin où il était projeté, liquéfiant tout son être dans l’oubli bienfaisant de l’inconscience.

***

Lorsqu’il reprenait pied dans la réalité, le monde autour de lui semblait flotter dans un autre univers, il ressentait sans les comprendre des bruits, des odeurs, qui lui semblaient vaguement familiers, des voix qu’il lui semblait reconnaître, mais toute force et toute volonté semblaient avoir disparu de lui, emportées par les vagues pourpres de la douleur qui le terrassait.

Le troisième jour, ils diminuèrent assez la dose de morphine pour le faire revenir pour un moment dans le monde des vivants. C’était pour lui annoncer qu’ils allaient faire de lui un infirme, un demi-homme. La révolte lui donna l’énergie que l’épuisement lui avait enlevée, et il trouva enfin la clé de l’énigme. C’était presque trop tard, mais il réussit à sauver son intégrité. Il y perdit le repos et sa compagne, mais il y trouva une maîtresse fidèle.

Elle avait la splendeur du métal en fusion, le parfum du souffre et l’amertume du paradis perdu, et son nom était Souffrance.

FIN

Print This Post

Mots-clefs :


Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.